Séance 14. Traduire l’empire, 5 avril 2019, 16h-18h, salle G 203, bat. G Stendhal, UGA

Milouda Medjahed, traductrice (Canada).

“Retraduire Ibn Khaldûn : une perspective postcoloniale”

Le Livre des Exemples d’Ibn Khaldûn, un traité historique et philosophique du XIVe siècle, a été traduit intégralement en français pour la première fois entre 1840 et 1863 par William Mac Guckin de Slane, élève du célèbre orientaliste Isaac Silvestre de Sacy. Cette traduction est suivie et précédée par plusieurs (re)traductions dont les plus célèbres et les plus volumineuses sont : Discours sur l’histoire universelle (traduction partielle de la partie théorique d’Ibn Khaldûn)  réalisée par Vincent-Mansour Monteil entre 1967-1968 et Le Livre des Exemples réalisée par Abdesselam Cheddadi entre 2002 et 2012, publiée dans la collection prestigieuse « Bibliothèque de la Pléiade » aux éditions Gallimard. Se pose alors la question de pourquoi retraduire cette œuvre après la traduction longtemps considérée canonique de de Slane ? La réponse à cette interrogation nous a menés à analyser les décisions de traduire ou de retraduire pour en déduire le rôle qu’a joué le contexte historique dans ces réalisations. En effet, notre étude a démontré que chaque traduction est intimement liée à son environnement de réalisation (politique, culturel, sociétal, etc.), elle est donc le produit de son temps. Notre présentation revisitera l’histoire de ces traductions avec une perspective postcoloniale, et ce, à la lumière de quelques exemples de traductions des concepts clés khaldouniens.

Séance 13. Psychanalyse et empire, 15 février 2019, 15h30-17h30, salle G 203, bat. G Stendhal, UGA

Livio Boni, Institut d’études avancées de Nantes.

“Freud, l’archéologie et le Grand Vizir. Considérations sur les effets épistémico-fantasmatiques de la disparition de l’Empire ottoman”

Certains commentateurs ont fait remarquer comment la quasi-absence de l’Empire ottoman dans L’Orientalisme d’ Edward Saïd ne soit nullement un accident, mais une condition de possibilité de son analyse du façonnement européen de l’Orient proche au cours du XIXe  siècle.  Car l’espace ottoman a constitué, pendant des siècles, non seulement un espace géo-politique intermédiaire entre Occident et Orient, mais un filtre qui séparait deux mondes, tout en demeurant partiellement suspendu à son tour entre l’un et l’autre, aussi bien du point de vue géographique que symbolique. La déliquescence et le dépècement de l’Empire ottoman représentent donc la condition historique de l’émergence progressive de l’orientalisme. On en mesurera les effets discursifs, épistémiques et fantasmatiques à partir de deux entrées distinctes mais reliées et articulables l’une à l’autre: l’archéologie et la psychanalyse.  On insistera ainsi sur le nouvel élan conféré à la science archéologique par la perte de contrôle sur la Mésopotamie par les Ottomans, et ses répercussions chez Freud, né dans un Empire historiquement rival, l’Empire austro-hongrois, à son tour balayé par la Grande Guerre. En nous intéressant à l’imaginaire géo-politique du fondateur de la psychanalyse, chez lequel se fera jour, discrètement mais avec insistance, l’idée d’un rapprochement possible entre le monde européen et le monde sémite, en vertu de la disparition de l’écran ottoman, on tentera de revisiter, par un angle de vue original, la compétition à distance, qui se profile au début du XXe siècle, entre la thèse sur l’origine indo-européenne («indo-germanisch», en allemand) de la civilisation européenne, et la tentative, avec laquelle Freud sympathisera ouvertement, de rapprocher l’Occident du monde sémite.

Continuer la lecture de Séance 13. Psychanalyse et empire, 15 février 2019, 15h30-17h30, salle G 203, bat. G Stendhal, UGA

Séance 12. Frontières de l’empire, 17 décembre 2018, 15h30-17h30, salle G 209, bat. G Stendhal, UGA

Cette séance est co-organisée par l’UMR PACTE et l’EA ILCEA4

Anne-Laure Amilhat Szary, Professeure UGA, PACTE, Laboratoire de Sciences sociales.

“Voir l’empire et mourir”

Il s’agit d’analyser ce que font – ou ne font pas-  les images de morts aux frontières qui circulent dans les médias depuis la crise géopolitique européenne de 2015. Je partirai d’une double mise en contextualisation de la production de ces images de lieux: à la fois par les médias d’information et par des artistes qui prétendent proposer des contre-visualisations. Les unes comme les autres peuvent-elles être mobilisatrices et inspiratrices de mouvements sociaux ? Dans l’ensemble, elles contribuent à propager, en écho, l’univers imaginaire de la fermeture que les pouvoirs imposent (bien au-delà de leurs frontières d’ailleurs).  La contradiction entre cette circulation des images et les restrictions croissantes aux mobilités transfrontalières peut nous éclairer sur la dimension létale des frontières contemporaines.

 

Charles Heller, Forensic Oceanography (Goldsmiths, Londres) et Graduate Institute (Genève).

“Empires et devenir-frontière de la Méditerranée”

Le projet Forensic Oceanography a permis de faire émerger une analyse fine du régime du régime de mobilité inégal opérant à la travers la Méditerranée, dans lequel les personnes (et les marchandises) ont un accès différencié aux moyens de transports sur la base de la nationalité, de la race, de la classe, du genre. Cet accès différentiel – et conflictuel – se traduit en retour par des rythmes de mobilité et des conditions de sécurité ou de précarité hiérarchisés, et engendre structurellement la mort des migrants illégalisés. Alors que les études portant sur les migrations et les frontières sont marquées par un certain « présentisme », cette présentation d’une recherche en cours interrogera l’émergence de ce régime de mobilité inégal dans la longue-durée, l’inscrivant dans l’expansion et de la transformation des rapports de domination entre les deux rives de la Méditerranée, ainsi que les formes de résistance que ceux-ci ont engendré.

 

Séance 11. Empires et gouvernance, 16 novembre 2018, 13h30-16h30, salle G 203, bat. G Stendhal, UGA

Andreas Nijenhuis-Bescher, Associate Professor Hankuk University (Corée du Sud)

“L’Empire avant l’impérialisme : la création et le développement des possessions coloniales néerlandaises, XVIIe siècle – XIXe siècle”

« Les Hollandais sont des hommes-fourmis, qui se répandent sur toutes les contrées de la terre, ramassent tout ce qu’ils trouvent de rare, d’utile, de précieux, et le portent dans leurs magasins. C’est en Hollande que le reste de l’Europe va chercher tout ce qui lui manque. La Hollande est la bourse commune de l’Europe. Les Hollandais ont tant fait par leur industrie, qu’ils en ont obtenu tout ce qu’exigent les besoins de la vie, et cela en dépit des quatre éléments. C’est là qu’on voit à chaque pas l’art aux prises avec la nature, et l’art toujours victorieux. La richesse y est sans vanité, la liberté sans insolence, la maltôte sans vexation, et l’impôt sans misère. » Denis Diderot, Le neveu de Rameau. Voyage de Hollande

L’histoire contemporaine des empires et de la décolonisation traite de dominations étatiques de territoires lointains et de leurs implications et évolutions. Comme la France ou la Grande-Bretagne, les Pays-Bas ont longtemps possédé un empire colonial, et comme pour les autres puissances européennes celui-ci s’est désintégré au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale. Mais quels sont les fondements de cette présence néerlandaise, qui s’étendait de l’Amérique (Antilles, Surinam, et un temps le Pernambouc et la Nouvelle-Néerlande) à l’Afrique (comptoirs de la Côte-de-l’Or, Afrique du Sud) et l’Asie (Ceylan, et surtout l’Insulinde, devenue l’Indonésie) ?

Cette communication se propose de remonter aux origines de l’expansion néerlandaise, survenue dans le contexte de la Révolte (1568-1648), c’est-à-dire au moment de la création du pays au cours d’une guerre civile. Quelles structures – étatiques ou non – étaient impliquées dans l’établissement de comptoirs et de colonies, dont certains ont existé pendant quatre siècles ? Quels étaient les objectifs poursuivis, et avec quels moyens ? Quelle gouvernance a été conçue pour cette réalité nouvelle, et comment a-t-elle évolué dans le temps ?

Le cadre chronologique retenu est essentiellement celui de la République des Provinces-Unies (XVIIe – XVIIIe siècles), avec une mise en perspective avec les évolutions du XIXe siècle.

 

Nadine André, MCF Université Grenoble Alpes.

“Gouvernance britannique dans le sous-continent indien, 1798-1858”

Cette intervention permettra d’évoquer le type de gouvernance mis en place par le gouvernement britannique entre 1798 et 1858 dans le sous-continent indien que l’historien T.B. Macaulay décrit en 1833 comme « the strangest of all empires » et qui n’est alors pas encore une colonie.

Cela amènera à considérer les spécificités de cette gouvernance dont la responsabilité incombe officiellement conjointement à l’East India Company et au gouvernement britannique, ainsi que le décalage croissant entre les choix idéologiques et politiques faits par les autorités à Londres et les besoins locaux du gouvernement de l’Inde qui découlent de considérations pragmatiques.

Séance 10. Hiérarchies sociales, hiérarchies impériales, 16 mai 2018, 15h30-17h30, Amphi de la MSH (UGA)

  1. Alexei Evstratov, Université de Lausanne

Fictions et incertitudes d’un ordre impérial. Histoire culturelle de la Table des rangs en Russie (1722-1825).

En 1722, Pierre Ier a introduit la Table des rangs, pièce maîtresse de sa réforme sociale des élites dans son empire fraîchement proclamé. La Table organisait les employées de l’État des trois domaines principaux – armée, gouvernement et cour – en quatorze rangs avec l’objectif d’ordonner un système de promotions. Il s’agissait, ainsi, de structurer le système de rémunération et de privilèges qui correspondaient à chaque statut dans le service impérial.

Le (re)classement des fonctionnaires fut un projet ambitieux, inspiré par les pratiques légales de quelques pays européens, notamment la Suède. Dans le contexte local, il s’agissait d’une mise en place d’un modèle de la cité plus inclusif qui couvrirait l’ensemble des personnes qui servaient l’État, au-delà des groupes socio-professionnelles. L’objectif de ce dispositif était donc de consolider les élites, en contribuant ainsi à l’édification d’une nation et à la promotion du patriotisme d’État.

Dans quelle mesure ce projet fut-il efficace ? Est-ce que les fonctionnaires ont intégré la Table des rangs comme partie de leur identité ? Pour répondre à cette question, il est nécessaire de quitter l’histoire des institutions et explorer, dans une double enquête, les sources fictionnelles et les écrits à la première personne, tels que lettres, journaux intimes et mémoires.

Dans ma présentation, je vais aborder le duel, comme un type de conflit où les hiérarchies de la Table des rangs ont été parfois remises en question et donc transgressées. Interdit par Pierre Ier, le duel semble être l’espace social où la résistance corporative au rationalisme d’État se manifestait. On verra que les cas documentés des duels interrogent les fictions de l’ordre social générées au sein de la Russie impériale et par la postérité.

2. Benoît Rossignol, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

« Patienda meliorum imperia » (Tac. Ann. XIII, 56 – Endurer la puissance des meilleurs) : pratiques et justifications de l’ordre impérial romain.

Il s’agira d’interroger les mécanismes de domination à l’oeuvre dans le cadre impérial romain et leurs ressorts sociaux et anthropologique à partir des espaces provinciaux de l’empire. On s’attachera, à partir d’exemples précis, à la mise en évidence des logiques sociales, culturelles, politiques et anthropologiques qui transparaissent dans nos sources en même temps qu’on interrogera leur historiographie.

 

Séance de discussion, 16 mai 2018, 13h30-15h30, Amphi de la MSH (UGA)

La séance de discussion aura lieu le 16 mai (13h30-15h30, salle à confirmer).  Matthieu Renault et Claude Bourguignon animeront cette séance autour du livre de Laurent Gerbier, Les raisons de l’empire, Vrin, 2016.

Claude Bourguignon, Raison d’état et prophétisme

J’ai essayé d’appliquer ce que Matthieu avait proposé : relier la présentation du livre à sa problématique personnelle ; qui est en construction, d’où les problèmes que cela pose. En tout cas, je dirai que ce qui m’a intéressée dans ce livre où l’auteur affirme que dans l’idée d’empire de Gattinara ou de Valdes , on a déjà des éléments essentiels à la construction de l ‘espistemé politique moderne( comme il le remarque Gerbier , grâce à l’enchâssement de la raison d’état émergente dans un pastoralisme étendu et magnifié), c’est la remise en question d’un schéma communément accepté : la modernité comme ligne de division des empires et des états modernes . Or, plus globalement les gouvernementalités européennes que Foucault a décrites me semblent avoir plus de dettes qu elles ne le prétendent envers d’autres formes de pouvoir.  L’hypothèse étant que les états modernes construisent leur légitimité en soulignant l’archaïsme des formes qui les précédent, opposent leur rationalité à la pre-rationalité ou irrationalité des systèmes antérieurs tout en occultant leur propre sacré sous d’autres noms .

Continuer la lecture de Séance de discussion, 16 mai 2018, 13h30-15h30, Amphi de la MSH (UGA)

Séance 9. Le retour des empires ? États-Unis et Russie, 13 avril 2018, 16h-18h, amphi G ou H du CLV

À l’origine de cette séance se trouvent une lecture sur les rhétoriques du pouvoir ayant marqué le nouvel ordre international des années 2000 ainsi que l’idée de prolonger la réflexion autour de l’empire jusqu’à l’actualité la plus contemporaine.

Le livre en question était L’Empire au miroir. Stratégies de puissance aux Etats-Unis et en Russie, de D. Chaumet, F. Parmentier et B. Pelopidas (Genève-Paris, Droz, 2007), ensuite traduit et actualisé comme When Empire Meets Nationalism. Power Politics in the US and Russia (Farnham, Ashgate, 2009). Quant à la réflexion proposée par les auteurs, elle s’inscrivait dans la continuité de ce « retour d’empire » qui avait déjà fait couler des flots d’encre lors du moment unipolaire où l’Amérique de Georges W. Bush semblait encore administrer sans partage sa victoire dans la Guerre froide, mais elle introduisait aussi la Russie de Vladimir Putin comme pendant d’une intéressante comparaison… Comment, depuis la guerre d’Irak en 2003 et le retour en force de la Russie sur la scène internationale, néo-conservateurs nord-américains et néo-eurasistes ont-ils respectivement façonné la rhétorique du pouvoir et les politiques internationales de Washington et de Moscou ? De quelle manière la genèse intellectuelle et la vison de ces deux courants politiques dialoguent-elles avec la notion d’empire ? Que ce soit sous le mode de la tentation, de la nostalgie ou de l’hégémon belliqueux, ce retour spéculaire sur l’imaginaire politique de l’empire nous aide-t-il à mieux comprendre les relations inter-étatiques actuelles, au moment où la tension diplomatique augmente et les USA et la Russie semblent s’engager dans une nouvelle course aux armements ?

Afin de mieux comprendre si l’annexion territoriale de la Crimée en 2014 a changé la donne de ces « empires qui ne disent pas leur nom » ou quelles ruptures et continuités semble annoncer la présidence de Trump, nous avons demandé à deux spécialistes de la Russie et des États Unis contemporains de réfléchir avec nous sur tous ces sujets.

 

1. Iacopo Adda, Global Studies Institute, Genève, “Néo-eurasisme : un courant hégémon ou impérial ?”

2. Francis Feeley, professeur émérite Université Grenoble Alpes (CEIMSA)  http://www.ceimsa.org

What is the relationship between any country’s foreign policy and ethics –whether deontology (the theory of duty based on intuition without reference to conceptions of ‘good’ and ‘evil’) or axiological (pertaining to moral obligations dependent on values, such as ethics, aesthetics, and religion)?

The theme of my presentation is an investigation into the ethical implications of US Foreign Policy before and after the start of the 21st  Century. In this talk, I will test socialist, liberal, and neo-conservative theories of foreign policy, each of which attempts to explain the origins of policy making, past, present, and future. Continuer la lecture de Séance 9. Le retour des empires ? États-Unis et Russie, 13 avril 2018, 16h-18h, amphi G ou H du CLV

Séance 8. La production de l’impérialisme, 23 mars 2018, 15h30-18h, salle G203, bat. G Stendhal, UGA.

  1. Arthur Guézengar, UGA, Philosophie Pratique et Langage

“Impérialisme et violence de masse : l’exemple de la famine”

L’historiographie des violences de masses se concentre généralement sur celles du 20ème siècle et négligent la violence à l’oeuvre dans l’espace colonial au 19ème siècle. Sans être niés, les crime de “l’ère des empires” sont fréquemment minimisés, sous prétexte qu’ils n’atteindraient pas le niveau de violence de ceux de “l’âge des extrêmes”. Tournés vers l’Occident et marqués par les deux catastrophes humanitaires que furent la première et la deuxième Guerre Mondiale, nous avons tendance à nous représenter le 20ème siècle comme l’émergence d’une violence de masse inconnue jusque-là. Pourtant en termes de pure violence, le 19ème siècle n’a rien à envier au 20ème siècle. Lorsque l’on met en perspective les grandes catastrophes démographiques qui ont eu lieu entre 1850 et 1950, on constate qu’il n’y a pas de rupture dans l’ampleur de la violence entre la violence du 19ème siècle et celle du 20ème. Un demi-siècle avant la première Guerre Mondiale, la révolte des Taiping se solde ainsi par un nombre de victimes aussi élevé pour une population relativement équivalente. Entre 1876 et 1896, la politique coloniale britannique a en effet provoqué une série de famines, notamment en Inde et en Chine, qui par leur ampleur et leur justification idéologique, annoncent les famines de masse provoquées par la collectivisation soviétique ou le Grand Bond en Avant. En procédant à une analyse comparative de ces phénomènes, cette intervention propose dès lors de montrer en quoi les empires coloniaux ont crée une forme de violence dont la structure traverse l’histoire des sociétés contemporaines.

2. Jean-Yves Tizot, UGA

“Les premiers pas de la théorie de l’impérialisme, de J. A. Hobson (Imperialism. A Study, 1902) à Lénine (L’impérialisme, stade suprême du capitalisme, 1917)”

Lénine n’a pas inventé le terme d’impérialisme. Il l’a repris de John Atkinson Hobson (1858-1940), un économiste anglais qui, dans son étude de 1902 sur la politique impériale du Royaume-Uni (Imperialism. A Study), fournissait une analyse dont Lénine reconnaissait dans le premier chapitre de sa courte brochure, que “l’auteur y a donné une description excellente et détaillée des principaux caractères économiques et politique de l’impérialisme”. Lénine emprunte également à Hiferding, un marxiste autrichien, des éléments de son analyse des mouvements de capitaux, mais c’est sans doute au “libéral” Hobson que Lénine doit l’essentiel de sa conception de l’impérialisme de la fin du 19e et du début du 20e siècle. Très soucieux de se démarquer de l'”ex-marxiste Kautsky”, des “faux marxistes”, des penseurs “bourgeois” et autres “sociaux-libéraux” comme Hobson, Lénine reprend à son compte une partie seulement de l’analyse de ce dernier, prétendant proposer une interprétation scientifique et authentiquement marxiste de la situation du capitalisme (déjà) mondialisé de son temps. Le passage de l’interprétation de Hobson à celle de Lénine est sans doute un moment du glissement depuis la diversité des pensées inspirées par celle de Marx vers la matrice plus rigide ce qu’il est convenu d’appeler “le marxisme”, dont l’ouvrage de Lénine constiute l’une des  fondations. La comparaison des deux visions fait ressortir des ressemblances frappantes – les emprunts de Lénine à Hobson – et des divergences fondamentales, qui éclairent à la fois la nature du libéralisme et du travaillisme britannique et les options intellectuelles et pratiques du marxisme révolutionnaire.

3. Paul Guillibert, Université Paris Nanterre

“Les rives de l’Empire. Le mode de production asiatique et la question hydraulique”

En 1957, la parution du Despotisme oriental marquait un tournant dans l’historiographie du concept de « mode de production asiatique ». Alors qu’il rejetait la tradition marxiste, Karl Wittfogel se réappropriait l’un des concepts les plus problématiques de sa philosophie de l’histoire. Sa thèse, reprise quelques années plus tard par Donald Worster dans Rivers of Empire, défendait l’existence d’une dépendance essentielle entre les formes de contrôle des ressources hydriques et l’émergence de structures politiques impériales. J’examinerai, au cours de cette intervention, la pertinence de cette réduction technique-écologique de l’histoire des Empires à l’aune des débats qu’elle a notamment suscités dans l’histoire environnementale et l’anthropologie marxiste.

Séance de discussion – 23 mars 2018 -13h30-15h30, salle G 203, bat. G Stendhal, UGA

Lors de la séance de discussion du 23 mars nous évoquerons la question de l’impérialite, de l’impérialisme et de l’ “empire” américain, dont l’expansion polymorphe fait débat d’interprétation. Le livre de Philip GOLUB, Une autre histoire de la puissance américaine, Paris, Seuil, 2011, sera proposé comme point de départ de la discussion.

Nous pouvons vous envoyer l’introduction de cet ouvrage si vous souhaitez participer à la séance.

Séance 7. Subjectivation et empires, 2 mars, 15h30-17h30, salle G 203, bat. G Stendhal, UGA

1. Claude Bourguignon, Revue d’études décoloniales
Pouvoir pastoral et empire colonial espagnol “

Pour Michel Foucault,  le pouvoir pastoral,  ce pouvoir qui lie le pasteur à ses brebis, construit sur le modèle de l’obéissance du fidèle à Dieu, est à l’origine d ‘une forme essentielle du pouvoir moderne. La prolifération des techniques de subjectivation sur lesquelles il repose  aurait rendu possible ce dont l’état ne serait qu’une ” péripétie » , c’est à dire les gouvernementalités.

Mais ce pouvoir, Foucault l’analyse dans son développement en Europe.

Qu’en est il des formes qu’il prit dans l’Amérique espagnole ?

Dans quelle mesure son exportation coloniale supposa-t-elle une modification qui différencierait de façon radicale l’empire des Indes des empires précédents ?

Pour tenter de  répondre à ces questions, on aura recours à la perspective de Michel Foucault dans ses derniers séminaires,  au concept de colonialité du pouvoir et aux classifications de Martinez Gros et Frederick  Cooper et Jane Burbank   .

Une attention toute particulière sera apportée aux concepts d’État et de religion.

2. Julio Andrés Camarillo, Université Paris Diderot
“Généalogie du pouvoir disciplinaire dans les colonies de l’Empire espagnol”

S’il y a toujours eu des grands domaines « impériaux », où l’égalité et la différence se combinaient ; s’il n’y a pas une rupture nette entre la pré-modernité et la modernité ou, sous sa déclinaison politique, entre la forme Empire et la forme État, ou entre l’ancien régime et le nouveau, et si État-nation n’est pas la seule forme politique adéquate pour la bourgeoisie mais une des formes possibles, il s’avère nécessaire de chercher la spécificité de notre monde, tellement étonnant à tant d’égards, dans la transformation plus lente, plus discrète aussi, qui se produit à l’intérieur des diverses formes ou des régimes politiques plutôt qu’à partir de grandes ruptures.

Notre pari est de déchiffrer cette transformation comme une disciplinarisation du genre humain visant la production d’individus utiles et dociles. A partir de quelques notes marginales de Michel Foucault, nous essayerons de faire une généalogie ectopique du pouvoir disciplinaire dans les colonies de l’Empire Espagnol. On sera alors très loin de la France napoléonienne, de la Prusse de Frédéric II et même des monastères des Pays Bas, dans des territoires où l’Ancien Régime était non seulement très solide, mais aussi plus glorieux, plus puisant et efficace, « légitimé » par sa propre force.

 A l’intérieur de ce vaste espace qu’est l’Empire Espagnol, scène de grand bouleversements, carrefour de richesses et de commerçants, d’esclaves et de prisonniers- se sont développées des techniques diverses d’administration et de distribution d’hommes au sein de domaines   tels que les plantations ou les haciendas, les réductions et les encomiendas. Notre intérêt se portera sur les jésuites, sommet intellectuel de ce monde, et plus particulièrement sur les réductions jésuites, authentiques ancêtres des usines, écoles et prisons « modernes ».

Ce thème de la modernité jésuite renvoie aux travaux d ‘ intellectuels latino-américains tels que Dussel, Argote et Bolivar Echeverría, qui l’ont considérée comme une alternative à la modernité brutale et négatrice de l’autre, celle qui a vaincu sur les ruines des peuples subalternisés. Ce sera aussi l’occasion de discuter avec cette tradition de pensée critique, pour laquelle les missions de la compagnie de Jésus seraient porteuses d’un projet qui a échoué mais aurait encore un avenir.

Mais si le cogito cartésien n’est, d’après Dussel, que la version épistémologique de la conquête de l’autre, l’entreprise des jésuites, , ont on sait qu’ils ont joué un rôle important dans l’éducation de Descartes, ne doit elle pas être remise en question ? ? Serait-il possible que l’admiration de ces auteurs pour les jésuites trahisse une certaine faiblesse de cette pensée critique latino-américaine qui, veut dénoncer la raison occidentale, mais ne s’occupe que de ses démons ?

Séance 6. Administrer l’empire, 26 janvier 2018, 15h30-17h30, salle G203, bat. G Stendhal, UGA

  1. Rocío Velesco de Castro,  Universidad de Extremadura (Espagne), HISTIPRES (Historia del tiempo Presente)

“L’administration coloniale espagnole dans le nord du Maroc (1912-1956)”

Nous proposerons dans cette intervention une analyse des principaux aspects de la gestion coloniale espagnole au Maroc, dont nous aborderons les versants militaires, économiques, politiques et culturels. Il conviendra notamment de souligner l’importance des deux derniers dans les relations entre les autorités espagnoles et marocaines. Par ailleurs, les difficultés que rencontrait l’Espagne de la première moitié du XXème siècle sur le plan national et international expliquent dans une grande mesure les spécificités de ce modèle colonial ainsi que la relation particulière qui unissait les autorités espagnoles et le mouvement nationaliste marocain. Cette intervention se basera sur une bibliographie actualisée et sur des documents d’archives.

  2. Zakaria Taha, UGA, ILCEA4

“L’empire ottoman face à ses identités, du système des millet aux aspirations nationalistes”

Jean Baptise Vanmour – Dinner at the Palace in Honour of an Ambassador

A leur apogée au 17ème siècle, les Ottomans se trouvaient à la tête d’un immense empire multiconfessionnel et multiethnique. Si l’islam sunnite est érigé en religion officielle, chrétiens et juifs étaient organisés en millet1. Ce système, bien qu’inégalitaire, permettait l’intégration politique et économique des minorités confessionnelles de l’empire ottoman et garantissait sa stabilité « relative » au moins jusqu’au début du 19ème siècle. Les communautés confessionnelles disposaient d’une autonomie dans les domaines du culte, de l’enseignement, de la bienfaisance et de la famille. L’Empire ottoman reconnaissait les religions, mais pas les ethnies.

Les ingérences occidentales dans les affaires intérieures (système de Capitulation, question des minorités), l’échec des Tanzimat, réformes ottomanes, ainsi que la propagation des idées nationalistes européennes ébranlent l’ordre traditionnel ottoman et son système des millets. La cristallisation des appartenances religieuses en identités nationalistes et en mouvements autonomistes (grecs, serbe, bulgare, romans, arménien, turc arabe, kurdes) accélèrent l’effondrement de l’empire ottoman.

Quel était le comportement des Ottomanes face aux ardeurs nationalistes et identitaires de ses sujets ? comment envisageaient-ils sauver leurs Empire ?