L’Empire informel : du free trade à la Pax Americana

Marta Ruiz Galbete, intervention au séminaire « Empires » du 27/01/2017 (séance 1)

Cette note, présentée lors de la première séance de travail du séminaire, a pour but de définir la notion d’empire informel, notion à laquelle je me suis intéressée à partir de mes travaux sur la Guerre froide et les formes de domination exercées par les deux superpuissances. Certes, pour cette période il est moins habituel de parler d’empires que de blocs ou de zones d’influence. Mais il n’en demeure pas moins que, même si les années 50 ont été celles des indépendances nationales, l’émergence du Tiers Monde a très vite remis l’anti-impérialisme à l’ordre du jour en posant, par la même occasion, la question de ce type d’empire « qui ne dit pas son nom ».

L’expression d’empire informel n’apparaît pourtant pas rapport à ce contexte historique. À l’origine, elle a été utilisée pour décrire le mode spécifique de domination internationale exercé par la Grande Bretagne dans les années 1850-60. Ce sont deux historiens anglais —John Gallagher et Ronald Robinson— qui en ont parlé pour la première fois dans un article de 1953 intitulé « The Imperialism of Free Trade », lorsqu’il y avait encore un consensus généralisé parmi les historiens marxiste-léninistes et ceux dits « bourgeois », pour considérer les années 1870/80 comme le début de l’ère impérialiste. Ce qu’expliquent alors Gallagher et Robinson est que cette distinction tracée entre le début de l’empire formel et la phase libre-échangiste qui l’avait précédé était loin d’être si nette pour une simple raison : l’expansion britannique s’est faite justement à travers l’impérialisme économique de l’époque du free trade. Le gouvernement de Sa Majesté a donc d’abord assuré sa prééminence par des méthodes informelles de domination —dont l’instrument le plus commun ont été les traités de « libre échange et d’amitié », surtout en Amérique Latine— et ce n’est qu’après, et seulement dans certains territoires, que cet empire informel a évolué vers des stratégies mercantilistes de contrôle direct et vers l’empire formel.

Le cas de l’Argentine est éclairant à ce propos. À la fin du XIXe, la Grande Bretagne y investit massivement, finance le réseau ferroviaire, développe ses ports et assure ensuite, grâce à de larges concessions, le fonctionnement de toute l’infrastructure de transport du pays. Pendant les années 1880, les nouveaux chemins de fer de l’Argentine transportent surtout viande et le blé dans les ports pour exportation ; et les exportations doublent, mais la dette extérieure du pays envers les banques anglaises augmente aussi de 700 %. Cette dette fait de l’Argentine un état tributaire de l’empire britannique ou un « état client », ce qui revient à dire que c’est l’Angleterre qui contrôle la souveraineté économique du pays et qu’elle le fait, en outre, de façon beaucoup plus efficace que si des troupes de Sa Majesté étaient venues occuper Buenos Aires pour exiger le paiement d’un impôt… On peut également évoquer un autre scénario, légèrement différent, à titre d’exemple : les ports du Levant, du golfe Persique et de la Chine, où l’Angleterre exerce aussi une influence démesurée lui permettant d’effectuer un passage de l’empire informel à l’empire colonial en cas de troubles graves ou de révolte (comme en Égypte en 1882). Bref, l’empire britannique comprend l’ensemble des territoires possédés par la Couronne —que Londres administre directement ou indirectement— mais aussi un certain nombre de pays indépendants, ou appartenant même nominalement à d’autres empires, dont les Anglais contrôlent la destinée grâce à l’application calibrée de sa puissance financière ou militaire.

Carte des routes commerciales de  l’empire britannique, circa 1890

De façon générale, nous pouvons donc déjà préciser que l’empire informel est une figure d’empire sans annexions ni conquêtes territoriales et que ce qui le distingue d’un empire classique —de type romain, continental ou colonial— est le fait de passer d’une part, du champ intra-étatique au champ inter-étatique et, d’autre part, de l’emprise directe au contrôle. La nature exacte de ce contrôle pose sans doute problème dans la mesure où les conceptions les plus extensives de l’empire informel transforment toute forme d’influence en domination impériale. Néanmoins, ce critère définitoire objectif doit être rappelé : l’empire informel comporte toujours une forme effective de contrôle de la souveraineté. Voici donc pour conclure la définition que je vous propose (reprise de Alexander Wendt et Daniel Friedheim dans « Hierarchy under Anarchy : Informal Empire in the Eastern German State », International Organization, nº 49, automne 1995, p. 695) : « Les empires informels sont des structures d’autorité politique transnationale qui combinent un principe égalitaire de souveraineté de jure avec un principe hiérarchique de contrôle de facto ».

Si nous avançons à présent jusqu’à l’après-guerre mondiale pour voir comment la catégorie s’applique aux États Unis et même à l’URSS (l’empire soviétique est pourtant plutôt considéré comme un empire « semi-informel » à cause de l’emprise, beaucoup plus directe, que Moscou exerce sur les pays satellites), on peut constater que l’empire informel américain se met en place sur une base analogue à celle du libre-échange anglais[1]. Rappelons à ce propos que les États Unis sont la seule nation qui est sortie de la guerre mondiale plus riche et puissante qu’elle n’y était rentrée : ils détiennent les deux tiers des réserves d’or, les trois quarts des capitaux investis et plus de la moitié de la capacité manufacturière mondiale. Forts de cette puissance, ils ont immédiatement cherché à établir un environnement favorable à leur croissance et à la diffusion universelle du modèle capitaliste libéral qui avait fait leur prospérité. Avec les accords de Bretton Woods, non seulement l’Amérique a assumé l’hégémonie monétaire longtemps détenue par l’Angleterre ; elle a aussi créé un système international qui allait ouvrir les marchés de ses partenaires à ses firmes, pour couvrir sa demande en matières premières et pour pouvoir exporter son surplus de production. Dans les mots de l’historien Antonio Mosconi, Bretton Woods « scella le succès du projet américain de domination unilatérale sur le monde occidental ». Dès juillet 1944, « le succès du dollar comme devise internationale, le pouvoir de veto américain au Fond Monétaire International et l’utilisation de la Banque mondiale pour soutenir une division internationale du travail favorable aux exportations américaines constituent la structure osseuse du système économique correspondant à l’hégémonie américaine »… (Antonio Mosconi, « The World Supremacy of the Dollar at the Rendering (1917-208), The Federalist Debate, XXIIe année, numéro 1, mars 2006 ; cité par Pierre Melandri, Le siècle américain, une histoire, Éd. Perrin, Paris, 2016, p. 164)

Time, New York, 15 mai 1950

L’Amérique est donc partie à la conquête du monde par des moyens économiques et pacifiques, mais si on a pu la qualifier d’ « empire involontaire » c’est que sa domination reste aussi inextricablement associée à la logique de l’affrontement bipolaire. C’est en effet la menace géostratégique d’un projet expansionniste concurrentiel qui l’a poussée à embraser, dès 1946-47, une nouvelle vision globale de sa sécurité et de la défense de ses intérêts « vitaux ». La doctrine Truman de l’endiguement du communiste ne fera d’ailleurs que traduire l’assomption des responsabilités impériales que États Unis assumaient déjà en matière économique et financière sur les plans politique et militaire aussi. Certes, il n’y a jamais eu d’intervention militaire de l’autre côté du rideau de fer mais, à partir de 1947, la diplomatie publique vis-à-vis des pays alliés n’a cessé de s’intensifier, et de grandes alliances militaires ont blindé la sécurité continentale et transatlantique en 1947 (Traité de Rio) et 1949 (Traité de l’Atlantique Nord). Puis, la guerre de Corée (1950-53) a transformé Washington en nouvelle Rome, prête à intervenir rapidement pour rétablir l’ordre dans la périphérie, et a marqué le début de l’installation des bases militaires américaines partout dans le monde ainsi que d’une véritable « pactomanie » nord-américaine afin d’assurer le maintien des frontières de son empire informel : on compte jusqu’à 50 traités bilatéraux avec des pays situés dans des régions qui, historiquement, n’avaient jamais été considérés vitaux pour sa sécurité… Le maintien de l’ordre impérial et de la Pax Americana qui lui est associée ont de fait nécessité d’interventions militaires directes (Corée, Liban en 1958, Saint Domingue en 1965, Viet-Nam entre 1964-75, Libye en 1986, Panama en 1989…). Mais il n’en demeure pas moins que les États Unis ont très souvent délégué l’exercice du hard power à leurs alliés, qu’ils ont aidés à s’armer, aux forces anticommunistes sur place et, enfin, à ses services secrets, dont l’action donnait à Washington les moyens d’ « influer sur le cours des affaires intérieures des pays étrangers » sans le contraindre pour autant à renoncer au principe de non-intervention auquel il se disait attaché (cf. l’Iran, le Guatemala, l’Indonésie, Cuba, le Congo, le Brésil, etc.). Car dans l’empire informel du XXe siècle l’intervention militaire unilatérale et directe n’est qu’un dernier recours étant donné que le contrôle de la souveraineté d’autres nations s’exerce plutôt par le biais d’un soft power qui mélange coercition et persuasion dans des proportions qui peuvent varier.

En effet, lorsqu’il s’agit des démocraties industrielles de l’Europe occidentale le degré de coercition appliqué par les États Unis pour faire prévaloir leurs normes et leurs intérêts a toujours été moindre. D’une part, parce que l’exportation du modèle économique et des modes de consommation américains a été le fer de lance d’une influence renforcée dès l’après-guerre par l’aide généreuse au redressement du Plan Marshall. D’autre part, parce que les valeurs démocratiques et libérales auxquels ces pays étaient attachés ont facilité l’acceptation du leadership politique des États Unis, considérés comme le dernier rempart face à ce qu’ils estimaient être eux aussi la menace de l’Est. Et, enfin, parce que la diplomatie publique américaine (c’est-à-dire la propagande informative et culturelle qui « corrigeait » l’image du pays, la mise en place de réseaux intellectuels internationaux, et les programmes d’échange et formation des élites destinés à créer des liens transatlantiques durables et un capital de reconnaissance chez des interlocuteurs bien disposés) consolidait également une forme douce, naturelle et dans une certaine mesure même consensuelle d’hégémonie, même si cela n’exclut pas les conflits politiques ponctuels entre l’Europe et les États Unis.

En revanche, lorsque nous aurons affaire à la périphérie de l’empire —et je n’entends pas le mot périphérie que dans un sens géographique, Cuba étant par exemple très proche des États Unis— ce mélange d’autorité et de légitimité laisse surtout la place à la coercition par des moyens directs ou indirects. Dans cette périphérie non industrialisée du système libéral capitaliste, face à des pays dont les structures économiques et sociales étaient si éloignées du modèle que les États Unis avaient développé et qu’ils cherchaient à exporter, ni l’ouverture aux capitaux américains ni la diplomatie publique pouvaient avoir le même effet. En Amérique Latine par exemple, malgré la parenthèse de l’Alliance pour le Progrès, les agissements et le soutien des États Unis aux dictatures militaires dévoileront platement la simple défense des intérêts impériaux… à savoir : le contrôle de l’accès aux matières premières, le maintien du statu quo de la Pax Americana, quitte à abandonner au passage le projet universaliste et émancipateur dont la rhétorique reste indissociable de l’empire informel américain, et la diffusion de ses produits et ses valeurs économiques et culturelles dans le monde entier.

[1] Les États Unis ont bien sûr connu une phase expansionniste et puis coloniale au sens européen ; ils ont d’ailleurs été plus impérialistes au XIXe siècle, lorsqu’ils étaient censés être isolationnistes, qu’au XXe. Or cette phase a été courte et elle est considérée comme une sorte d’anomalie dans l’histoire du pays parce qu’elle ne correspond ni aux besoins économiques ni aux valeurs émancipatrices qui avaient fondé la nation… Par ailleurs le big stick a ensuite largement fait l’affaire aux Caraïbes et la « politique de la porte ouverte » a aussi suffi en Chine pour garantir leur accès aux marchés.