Séance 5. Imaginaires de l’empire, 1 décembre 2017, 14h30-17h30, salle G203, bat. G Stendhal, UGA

  1. Elodie Raimbault, UGA, ILCEA4 et Christine Vandame, UGA, ILCEA4

“Espace, Pouvoir et Identité dans le monde colonial et postcolonial britannique “

Cette communication s’attachera à montrer comment le territoire (colonie ou ex-colonie) et la manière dont il est représenté cristallisent les rapports de force sous-jacents entre colonisateur et colonisé ainsi qu’entre communauté d’origine anglo-celtique et communauté autochtone. Si l’on devait étoffer le titre de cette communication, on pourrait proposer la formulation suivante : « Représentation de l’espace dans la littérature coloniale et postcoloniale du monde anglophone : d’une stratégie de déconstruction du discours colonial chez Conrad à une tentative de construction identitaire nationale et individuelle chez Lawson, White et Malouf ».

Cette communication s’attachera essentiellement à faire le bilan de mes recherches ces dernières années et à dresser des perspectives pour la suite avec, en ligne de mire, la question de la représentation et de l’utilisation de l’espace et du territoire entre impérialisme et post-impérialisme.

2.  Myriam Geiser, UGA, ILCEA4

“Fictions cosmopolites et positions transnationales dans la littérature contemporaine germanophone : Ilija Trojanow et Abbas Khider”

République mondiale des lettres (P. Casanova) ou Neue Weltliteratur (S.Lôffler) – les tentatives ont été nombreuses depuis le “tournant postcolonial”, de définir les dynamiques globalisantes au sein des espaces littéraires européens. Pourtant, la géographie du monde littéraire – du moins dans sa représentation historiographique – reste largement basée sur un découpage national. Ma communication s’appuiera sur deux oeuvres récentes de la littérature dite “migrante” afin de proposer d’une part une étude des imaginaires cosmopolites qu’elles développent, et d’autre part un regard sur les positionnements “transnationaux” revendiqués par leurs auteurs.

Ilija Trojanow (né en 1965 à Sofia) : Der Weltensammler, 2006 (trad. française chez Buchet-Chastel Le Collectionneur de mondes, 2008)

Abbas Khider (né en 1973 à Bagdad) : Der falsche lnder, 2008 (“Le Faux Indien” , pas d’édition française à ce jour)

3. Isabelle Després, UGA, ILCEA4

“Le cheveu de Vénus, de Mikhail Chichkine : un palimpseste d’empires”

Mikhail Chichkine est un auteur russe contemporain (né en 1961) qui vit à l’étranger (Suisse, Italie), mais a reçu plusieurs prix littéraires prestigieux en Russie. Son roman Le cheveu de Vénus, publié en 2006 (traduit en français en 2007) donne un tableau à la fois réaliste et apocalyptique de l’ex-empire soviétique en pleine déliquescence. Un autre empire, celui des tsars, se dévoile dans le tragique de sa chute, à travers le journal intime de Bella, l’une des protagonistes du roman. Mais l’histoire s’écrit sur le fond de l’écroulement d’un troisième empire, l’empire romain, car c’est à Rome que les personnages vivent leur histoire d’amour. Enfin, des pages entières du roman sont consacrées à l’histoire de Cyrus et de l’empire perse, lui-même né sur les décombres de l’empire de Nabuchodonosor, et de Babylone. Cette histoire est racontée par Xénophon dans l’Anabase, ce qui signifie le retour en arrière. On verra comment l’écrivain remonte le temps historique comme pour tenter de revenir à l’origine de l’empire. On s’interrogera, en conclusion, sur la possibilité d’une lecture « post-colonialiste » de ce roman, et plus largement sur la pertinence de cette grille de lecture pour d’autres œuvres littéraires russes contemporaines.