Séance 8. La production de l’impérialisme, 23 mars 2018, 15h30-18h, salle G203, bat. G Stendhal, UGA.

  1. Arthur Guézengar, UGA, Philosophie Pratique et Langage

« Impérialisme et violence de masse : l’exemple de la famine »

L’historiographie des violences de masses se concentre généralement sur celles du 20ème siècle et négligent la violence à l’oeuvre dans l’espace colonial au 19ème siècle. Sans être niés, les crime de « l’ère des empires » sont fréquemment minimisés, sous prétexte qu’ils n’atteindraient pas le niveau de violence de ceux de « l’âge des extrêmes ». Tournés vers l’Occident et marqués par les deux catastrophes humanitaires que furent la première et la deuxième Guerre Mondiale, nous avons tendance à nous représenter le 20ème siècle comme l’émergence d’une violence de masse inconnue jusque-là. Pourtant en termes de pure violence, le 19ème siècle n’a rien à envier au 20ème siècle. Lorsque l’on met en perspective les grandes catastrophes démographiques qui ont eu lieu entre 1850 et 1950, on constate qu’il n’y a pas de rupture dans l’ampleur de la violence entre la violence du 19ème siècle et celle du 20ème. Un demi-siècle avant la première Guerre Mondiale, la révolte des Taiping se solde ainsi par un nombre de victimes aussi élevé pour une population relativement équivalente. Entre 1876 et 1896, la politique coloniale britannique a en effet provoqué une série de famines, notamment en Inde et en Chine, qui par leur ampleur et leur justification idéologique, annoncent les famines de masse provoquées par la collectivisation soviétique ou le Grand Bond en Avant. En procédant à une analyse comparative de ces phénomènes, cette intervention propose dès lors de montrer en quoi les empires coloniaux ont crée une forme de violence dont la structure traverse l’histoire des sociétés contemporaines.

2. Jean-Yves Tizot, UGA

« Les premiers pas de la théorie de l’impérialisme, de J. A. Hobson (Imperialism. A Study, 1902) à Lénine (L’impérialisme, stade suprême du capitalisme, 1917) »

Lénine n’a pas inventé le terme d’impérialisme. Il l’a repris de John Atkinson Hobson (1858-1940), un économiste anglais qui, dans son étude de 1902 sur la politique impériale du Royaume-Uni (Imperialism. A Study), fournissait une analyse dont Lénine reconnaissait dans le premier chapitre de sa courte brochure, que « l’auteur y a donné une description excellente et détaillée des principaux caractères économiques et politique de l’impérialisme ». Lénine emprunte également à Hiferding, un marxiste autrichien, des éléments de son analyse des mouvements de capitaux, mais c’est sans doute au « libéral » Hobson que Lénine doit l’essentiel de sa conception de l’impérialisme de la fin du 19e et du début du 20e siècle. Très soucieux de se démarquer de l' »ex-marxiste Kautsky », des « faux marxistes », des penseurs « bourgeois » et autres « sociaux-libéraux » comme Hobson, Lénine reprend à son compte une partie seulement de l’analyse de ce dernier, prétendant proposer une interprétation scientifique et authentiquement marxiste de la situation du capitalisme (déjà) mondialisé de son temps. Le passage de l’interprétation de Hobson à celle de Lénine est sans doute un moment du glissement depuis la diversité des pensées inspirées par celle de Marx vers la matrice plus rigide ce qu’il est convenu d’appeler « le marxisme », dont l’ouvrage de Lénine constiute l’une des  fondations. La comparaison des deux visions fait ressortir des ressemblances frappantes – les emprunts de Lénine à Hobson – et des divergences fondamentales, qui éclairent à la fois la nature du libéralisme et du travaillisme britannique et les options intellectuelles et pratiques du marxisme révolutionnaire.

3. Paul Guillibert, Université Paris Nanterre

« Les rives de l’Empire. Le mode de production asiatique et la question hydraulique »

En 1957, la parution du Despotisme oriental marquait un tournant dans l’historiographie du concept de « mode de production asiatique ». Alors qu’il rejetait la tradition marxiste, Karl Wittfogel se réappropriait l’un des concepts les plus problématiques de sa philosophie de l’histoire. Sa thèse, reprise quelques années plus tard par Donald Worster dans Rivers of Empire, défendait l’existence d’une dépendance essentielle entre les formes de contrôle des ressources hydriques et l’émergence de structures politiques impériales. J’examinerai, au cours de cette intervention, la pertinence de cette réduction technique-écologique de l’histoire des Empires à l’aune des débats qu’elle a notamment suscités dans l’histoire environnementale et l’anthropologie marxiste.