Séance 11. Empires et gouvernance, 16 novembre 2018, 13h30-16h30, salle G 203, bat. G Stendhal, UGA

Andreas Nijenhuis-Bescher, Associate Professor Hankuk University (Corée du Sud)

“L’Empire avant l’impérialisme : la création et le développement des possessions coloniales néerlandaises, XVIIe siècle – XIXe siècle”

« Les Hollandais sont des hommes-fourmis, qui se répandent sur toutes les contrées de la terre, ramassent tout ce qu’ils trouvent de rare, d’utile, de précieux, et le portent dans leurs magasins. C’est en Hollande que le reste de l’Europe va chercher tout ce qui lui manque. La Hollande est la bourse commune de l’Europe. Les Hollandais ont tant fait par leur industrie, qu’ils en ont obtenu tout ce qu’exigent les besoins de la vie, et cela en dépit des quatre éléments. C’est là qu’on voit à chaque pas l’art aux prises avec la nature, et l’art toujours victorieux. La richesse y est sans vanité, la liberté sans insolence, la maltôte sans vexation, et l’impôt sans misère. » Denis Diderot, Le neveu de Rameau. Voyage de Hollande

L’histoire contemporaine des empires et de la décolonisation traite de dominations étatiques de territoires lointains et de leurs implications et évolutions. Comme la France ou la Grande-Bretagne, les Pays-Bas ont longtemps possédé un empire colonial, et comme pour les autres puissances européennes celui-ci s’est désintégré au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale. Mais quels sont les fondements de cette présence néerlandaise, qui s’étendait de l’Amérique (Antilles, Surinam, et un temps le Pernambouc et la Nouvelle-Néerlande) à l’Afrique (comptoirs de la Côte-de-l’Or, Afrique du Sud) et l’Asie (Ceylan, et surtout l’Insulinde, devenue l’Indonésie) ?

Cette communication se propose de remonter aux origines de l’expansion néerlandaise, survenue dans le contexte de la Révolte (1568-1648), c’est-à-dire au moment de la création du pays au cours d’une guerre civile. Quelles structures – étatiques ou non – étaient impliquées dans l’établissement de comptoirs et de colonies, dont certains ont existé pendant quatre siècles ? Quels étaient les objectifs poursuivis, et avec quels moyens ? Quelle gouvernance a été conçue pour cette réalité nouvelle, et comment a-t-elle évolué dans le temps ?

Le cadre chronologique retenu est essentiellement celui de la République des Provinces-Unies (XVIIe – XVIIIe siècles), avec une mise en perspective avec les évolutions du XIXe siècle.

 

Nadine André, MCF Université Grenoble Alpes.

“Gouvernance britannique dans le sous-continent indien, 1798-1858”

Cette intervention permettra d’évoquer le type de gouvernance mis en place par le gouvernement britannique entre 1798 et 1858 dans le sous-continent indien que l’historien T.B. Macaulay décrit en 1833 comme « the strangest of all empires » et qui n’est alors pas encore une colonie.

Cela amènera à considérer les spécificités de cette gouvernance dont la responsabilité incombe officiellement conjointement à l’East India Company et au gouvernement britannique, ainsi que le décalage croissant entre les choix idéologiques et politiques faits par les autorités à Londres et les besoins locaux du gouvernement de l’Inde qui découlent de considérations pragmatiques.