Séance 10. Hiérarchies sociales, hiérarchies impériales, 16 mai 2018, 15h30-17h30, Amphi de la MSH (UGA)

  1. Alexei Evstratov, Université de Lausanne

Fictions et incertitudes d’un ordre impérial. Histoire culturelle de la Table des rangs en Russie (1722-1825).

En 1722, Pierre Ier a introduit la Table des rangs, pièce maîtresse de sa réforme sociale des élites dans son empire fraîchement proclamé. La Table organisait les employées de l’État des trois domaines principaux – armée, gouvernement et cour – en quatorze rangs avec l’objectif d’ordonner un système de promotions. Il s’agissait, ainsi, de structurer le système de rémunération et de privilèges qui correspondaient à chaque statut dans le service impérial.

Le (re)classement des fonctionnaires fut un projet ambitieux, inspiré par les pratiques légales de quelques pays européens, notamment la Suède. Dans le contexte local, il s’agissait d’une mise en place d’un modèle de la cité plus inclusif qui couvrirait l’ensemble des personnes qui servaient l’État, au-delà des groupes socio-professionnelles. L’objectif de ce dispositif était donc de consolider les élites, en contribuant ainsi à l’édification d’une nation et à la promotion du patriotisme d’État.

Dans quelle mesure ce projet fut-il efficace ? Est-ce que les fonctionnaires ont intégré la Table des rangs comme partie de leur identité ? Pour répondre à cette question, il est nécessaire de quitter l’histoire des institutions et explorer, dans une double enquête, les sources fictionnelles et les écrits à la première personne, tels que lettres, journaux intimes et mémoires.

Dans ma présentation, je vais aborder le duel, comme un type de conflit où les hiérarchies de la Table des rangs ont été parfois remises en question et donc transgressées. Interdit par Pierre Ier, le duel semble être l’espace social où la résistance corporative au rationalisme d’État se manifestait. On verra que les cas documentés des duels interrogent les fictions de l’ordre social générées au sein de la Russie impériale et par la postérité.

2. Benoît Rossignol, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

« Patienda meliorum imperia » (Tac. Ann. XIII, 56 – Endurer la puissance des meilleurs) : pratiques et justifications de l’ordre impérial romain.

Il s’agira d’interroger les mécanismes de domination à l’oeuvre dans le cadre impérial romain et leurs ressorts sociaux et anthropologique à partir des espaces provinciaux de l’empire. On s’attachera, à partir d’exemples précis, à la mise en évidence des logiques sociales, culturelles, politiques et anthropologiques qui transparaissent dans nos sources en même temps qu’on interrogera leur historiographie.