Séance de discussion du 26 janvier : Séance de discussion – 26 janvier 2018 – 13h30-15h30, salle G 203, bat. Stendhal, UGA

Nous commenterons l’ouvrage de Gabriel Martinez Gros, Brève histoire des empires.

Table des matières

Introduction

Ibn Khaldun et le pacifisme des empires

Une théorie économique. L’occident échappe la théorie d’Ibn Khaldûn

Deux mille ans d’empires

Des bassins sédentaire. L’empire hybride. La solitude de l’empire

Émergence et assise des empires( 400 av JC ;-200 aprés J.C)

l’Assyrie. Les Perses achéménides. Les Grecs, barbares conquérants.Alexandre et e monde hellénistique. Rome. La Chine des Han

L’expulsion idéologique de la violence ( 200- 750)

L ‘éclipse impériales. Épidémies

Riche, vite. Le refus de l’Empire romain. Le repli local en Chine.

Le désarmement idéologique

Les Tang, dynastie chinoise. Talas et le divorce d’avec les Turcs. Le naufrage de Rome

L’Islam confisque la force turque (750-1200)

l’Islam, bouillonnement des forces tribales.  Le chaotique empire abasside.  Apogée et échec des Turcs. La fin de la Chine des Tang. Le miracle Song.

Les Mongols, la peste et le déclin du Moyen orient( 1200-1500)

La chine des mongols Du côté de lsslam, Tamerlan. Tamerlan, exterminateur préventif ? L’Inde marche conquérante de l’islam.  La Chine des Ming ; le temps des pirates japonais

L’Inde, la Chine et l’Angleterre impériale( 1500-1800)

L’assise militaire indienne : Afghans, Turcs, Iraniens, Rajpoutes. Akbar contre Awrangzeb.  L’empire moghol : la mobilisation de la richesse.La compagnie des Indes, dernier empire islamique.  L’équilibre schizophrénique de l’empire : la Chine des mandchous

Conclusion

La lecture du livre de Gabriel Martinez Gros, Brève histoire des empires, s’insère dans le fil de reflexion qui est le nôtre depuis l’an dernier dans la mesure où il rejoint souvent la vision développée dans Empires, mais à partir de présupposés différents et avec des conclusions inattendues. Comme Burbank et Cooper, M.G ne fait pas de l’empire une structure impérialiste, violente, agressive, dominatrice et adopte une perspective décentrée, qui relativise le poids de l’histoire européenne Néanmoins, sa démarche est beaucoup plus radicale. D’abord parce qu’il se base sur l ‘œuvre du seul «  philosophe du pouvoir qui ne soit pas européen », Ibn Khaldûn, noble musulman chassé d’Al Andalus par la Reconquista au XIV siècle, secrétaire du sultan de Fez et auteur d’une philosophie de l’histoire remarquable. Ensuite, parce que, contrairement aux auteurs d’Empires, Martinez Gros ‘a pas une démarche pragmatique et s’efforce plutôt de construire une vision de l’histoire qui aille au-delà des répertoires tout en évitant l’écueil d’une histoire des institutions ou de l’état. Il s’attache à comprendre un rapport. « L’empire est moins une structure en expansion qu’une cristallisation d’un rapport de force » , comme l’écrit un historien anonyme.Idée force : l’empire comme rapport entre une population sédentarisée et une(des) tribu (s)

La diversité constituante

Un des traits marquants du livre de Cooper et Burbanks était leur vision des empires comme articulation hiérarchique de la diversité, capacité d’organiser la différence. On leur a d’ailleurs reproché parfois une tendance à exagerer la positivité de l’empire et à laisser de côté sa face obscure.

Martinez Gros, d’une certaine façon, reprend leur idée mais il se montre beaucoup plus systématique. Ce médiéviste, spécialiste des pays musulmans, part de l’analyse d’Ibn Khaldûn, l’applique à l’histoire de l’Islam et fait ensuite fonctionner son systéme dans le cadre de divers empires : chinois, mongol, ottoman, et indien.

Contrairement à ses collègues américains ,il ne s’intéresse pas tant à la diversité des formes de gouvernement due à la multiplicité de populations de l’empire qu’il ne fait apparaître une différence fondatrice : dans les empires, la classe des producteurs et celle des guerriers sont strictement séparées. Et cela parce qu’il faut geler l’usage de la violence: désarmer les populations et confier le monopole de la violence à une minorité qui restera toujours extérieure à l’empire  .

Conditions et forme d’apparition d’un empire

Il établit un premier constat : l’empire n’est possible qu’à un moment où la productivité agricole et la population d’un espace donné sont suffisantes pour permettre l’exploitation fiscale. Cela étant, il reprend le scenario déjà établi par Ibn Khaldun : un petit groupe de guerriers s’empare d’un énorme bassin de population sédentarisée ayant atteint une densité appréciable ainsi qu’un certain niveau de richesse. Il se maintient au pouvoir malgré sa faiblesse numérique et laisse le pouvoir civil, culturel et économique aux populations conquises tout en conservant la puissance militaire et le contrôle de l’impôt.

L’empire est donc ce rapport entre une population désarmée et des tribus qui l’attaquent pour l’exploiter économiquement via les taxes. Ce qui veut donc dire que ceux qui prélèvent l’impôt et ceux qui surveillent ou se battent ne font pas partie des mêmes groupes que la population. Cette élite sera toujours dans un rapport d’extériorité à l’empire

Cet usage de la violence n’appartient jamais au centre car l’empire élimine la violence du centre. Seuls les confins peuvent s’en servir, y compris pour gouverner car

le duo civilisation barbare

l’ empire c’est  « la combinaison d’une ceinture barbare et d’une population différenciée » ( M.G) La frontière n’est pas pure exclusion car l’empire n’existe qu’en utilisant la violence de ses

confins pour contrôler ses populations désarmées. Il a toujours besoin de ce que Ibn Khaldûn nomme l’assabiya, cette réserve de violence liée à l’esprit de clan, des tribus liées par des rapports de solidarité extrêmement étroits et refusant absolument la soumission à quelque forme d’État que ce soit .

Il insiste sur le fait que nous n’avons pas une opposition civilisation/ barbarie dans laquelle le barbare (le bedouin, pour Ibn Khaldûn) , serait un être de nature, mais plutôt à un duo : la violence est à la fois indispensable et contenue. Une perception qui différe totalement du dualisme propre au civilisation / barbarie du XIX siècle, qui rejette dans l’état de nature et l’animalité le barbare.

Paradoxe de l’empire : l’absorption progressive des tribus chargées de exercer la violence : elles finissent toujours par perdre cette férocité indispensable au maintien de l’empire, gagnées par la « civilisation », d’où l’obligation d’étendre l’empire pour trouver des nouvelles réserves de violence.

Renversement des catégories occidentales :

On est souvent sidéré par sa définition de la tribu ou du barbare : Rome est une tribu, le Grec qui conquiert l’Asie est un barbare, et la Reconquête devient le fait d’une asabiya franque. Mais c’est précisément ce qui est stimulant.

Limites de la théorie

ça ne marche pas en Europe : il n’ y a pas eu de désarmement des populations au Moyen age vues les particularités de la monopolisation de la violence et l’impôt n’apparaît que très tardivement et n’explique donc pas le décollage de l’Europe

Empire versus nation : la gestion de la violence

Martinez Gros, comme Coper et Burbank compare l’etat nation et l’empire et s’arrête à une caractéristique du premier : le service militaire. Dans l’état nation, la violence est accordée au citoyen dans le cadre du service militaire. Paradoxalement, l’explosion de la violence, voir les deux guerres mondiales, se produit avec ce changement de statut des populations, avec l’avènement du citoyen.producteur.contribuable.guerrier. Dans les empires, le groupe des guerriers était extrêmement restreint et cela limitait de fait l’extension de la guerre Et de remarquer, dans le sillage d’Ibn Khadûn, que les empires , s’ils pratiquaient la violence, ne la considéraient pas pour autant légitime. Ils tentaient en fait de maintenir la paix. Ces empires qui usaient de la férocité de leurs soldats cherchaient la paix, et ce sont nos nations, démocratiques et ennemies de la violence, qui produisent des guerres particulièrement destructrices, sur des échelles gigantesques et avec u n degré de férocité inouï. L’idée de la violence légitimé telle que Weber l’a formulée est une invention de l’État moderne.