Séance 13. Psychanalyse et empire, 15 février 2019, 15h30-17h30, salle G 203, bat. G Stendhal, UGA

Livio Boni, Institut d’études avancées de Nantes.

“Freud, l’archéologie et le Grand Vizir. Considérations sur les effets épistémico-fantasmatiques de la disparition de l’Empire ottoman”

Certains commentateurs ont fait remarquer comment la quasi-absence de l’Empire ottoman dans L’Orientalisme d’ Edward Saïd ne soit nullement un accident, mais une condition de possibilité de son analyse du façonnement européen de l’Orient proche au cours du XIXe  siècle.  Car l’espace ottoman a constitué, pendant des siècles, non seulement un espace géo-politique intermédiaire entre Occident et Orient, mais un filtre qui séparait deux mondes, tout en demeurant partiellement suspendu à son tour entre l’un et l’autre, aussi bien du point de vue géographique que symbolique. La déliquescence et le dépècement de l’Empire ottoman représentent donc la condition historique de l’émergence progressive de l’orientalisme. On en mesurera les effets discursifs, épistémiques et fantasmatiques à partir de deux entrées distinctes mais reliées et articulables l’une à l’autre: l’archéologie et la psychanalyse.  On insistera ainsi sur le nouvel élan conféré à la science archéologique par la perte de contrôle sur la Mésopotamie par les Ottomans, et ses répercussions chez Freud, né dans un Empire historiquement rival, l’Empire austro-hongrois, à son tour balayé par la Grande Guerre. En nous intéressant à l’imaginaire géo-politique du fondateur de la psychanalyse, chez lequel se fera jour, discrètement mais avec insistance, l’idée d’un rapprochement possible entre le monde européen et le monde sémite, en vertu de la disparition de l’écran ottoman, on tentera de revisiter, par un angle de vue original, la compétition à distance, qui se profile au début du XXe siècle, entre la thèse sur l’origine indo-européenne («indo-germanisch», en allemand) de la civilisation européenne, et la tentative, avec laquelle Freud sympathisera ouvertement, de rapprocher l’Occident du monde sémite.

Références bibliographiques :

Edward Said, L’Orienalisme (Seuil, 2005).

Jean-Paul Demoule, Où sont passés les Indo-européens? (Seuil, 2013)

Maurice Olender, Les langues du Paradis. Aryens et Sémites, un couple providentiel (Seuil, 2002).

Frank Scherer, The Freudian Orient (Karnac, 2015).

Sigmund Freud, L’Homme Moise et la religion monothéiste, (Gallimard, 1986).

Derek Bryce, «The Absence of Ottoman. Islamic Europe in Edward W. Said’s Orientalism», in Theory, Cuture & Society, 30, 1, 2013, pp. 99-121 (consultable en ligne)