Séance 14. Traduire l’empire, 5 avril 2019, 16h-18h, salle G 203, bat. G Stendhal, UGA

Milouda Medjahed, traductrice (Canada).

“Retraduire Ibn Khaldûn : une perspective postcoloniale”

Le Livre des Exemples d’Ibn Khaldûn, un traité historique et philosophique du XIVe siècle, a été traduit intégralement en français pour la première fois entre 1840 et 1863 par William Mac Guckin de Slane, élève du célèbre orientaliste Isaac Silvestre de Sacy. Cette traduction est suivie et précédée par plusieurs (re)traductions dont les plus célèbres et les plus volumineuses sont : Discours sur l’histoire universelle (traduction partielle de la partie théorique d’Ibn Khaldûn)  réalisée par Vincent-Mansour Monteil entre 1967-1968 et Le Livre des Exemples réalisée par Abdesselam Cheddadi entre 2002 et 2012, publiée dans la collection prestigieuse « Bibliothèque de la Pléiade » aux éditions Gallimard. Se pose alors la question de pourquoi retraduire cette œuvre après la traduction longtemps considérée canonique de de Slane ? La réponse à cette interrogation nous a menés à analyser les décisions de traduire ou de retraduire pour en déduire le rôle qu’a joué le contexte historique dans ces réalisations. En effet, notre étude a démontré que chaque traduction est intimement liée à son environnement de réalisation (politique, culturel, sociétal, etc.), elle est donc le produit de son temps. Notre présentation revisitera l’histoire de ces traductions avec une perspective postcoloniale, et ce, à la lumière de quelques exemples de traductions des concepts clés khaldouniens.