Archives de catégorie : Séances 2018-2019

Journée d’études « Perspectives impériales », 7 juin 2019, MLC, UGA

Repenser l’empire dans un cadre comparatiste et pluridisciplinaire, en essayant de rendre compte de  la multiplicité des temporalités et des spatialités des formations impériales, revient à dépasser le débat sur la caractérisation d’un modèle politique ou la simple question de l’historicité. « Fait social total » plutôt que simple objet d’investigation, nous proposons d’aborder l’empire comme une perspective permettant de réexaminer et de rassembler toute une série de phénomènes qui traversent les sociétés contemporaines ou passées et gouvernent leurs relations réciproques : mutations du capitalisme, des rapports de classes, des formes d’hégémonie économique et politique et des modalités de résistance à celles-ci ; retour au premier plan de l’idée de souveraineté ; prégnance des revendications nationales « minoritaires » et des conflits religieux ; persistance des discriminations et des violences racistes dans leurs dimensions genrées, etc. Une telle perspective impériale est non seulement susceptible de contribuer au renouvellement des analyses stato-centrées de ces phénomènes, encore prédominantes dans le champ des sciences humaines et sociales, mais invite aussi à aborder des questions fondamentales comme les “circulations inter-impériales” ou les différentes modalités de conception/exercice du pouvoir impérial.

C’est avec cet objectif en vue que nous avons convié des chercheurs provenant de disciplines diverses (histoire culturelle, science politique, droit) et travaillant sur des histoires ainsi que sur des aires géo-politiques multiples (Empire russe, Empire britannique, Empire hispanique, États-Unis) à partager leur réflexion avec nous et à discuter ce que cette approche transversale et ce regard croisé sur l’impérialité peut apporter à nos domaines de recherche respectifs.

 

PROGRAMME

13h30-14h

Introduction par les coordinateurs-trices du séminaire « Empires et impérialisme, hier et aujourd’hui »

14h-15h

Alexander Etkind (Université européenne de Florence) : « Internal Colonization. Russian Experience in History and Hitoriography ». Discussion avec Olga Bronnikova.

15h-16h

Georgios Varouxakis (Queen Mary, University of London): « Les paradoxes d’une comparaison entre libéralisme impérialiste et anti-impérialisme illibéral ou Auguste Comte contre John Stuart Mill ». Discussion avec Matthieu Renault.

16h30-17h30

François David (Université Jean Moulin, Lyon 3): « Les États Unis: un impérialisme sans empire ». Discussion avec Marta Ruiz Galbete.

 

 

Séance 14. Traduire l’empire, 5 avril 2019, 16h-18h, salle G 203, bat. G Stendhal, UGA

Milouda Medjahed, traductrice (Canada).

« Retraduire Ibn Khaldûn : une perspective postcoloniale »

Le Livre des Exemples d’Ibn Khaldûn, un traité historique et philosophique du XIVe siècle, a été traduit intégralement en français pour la première fois entre 1840 et 1863 par William Mac Guckin de Slane, élève du célèbre orientaliste Isaac Silvestre de Sacy. Cette traduction est suivie et précédée par plusieurs (re)traductions dont les plus célèbres et les plus volumineuses sont : Discours sur l’histoire universelle (traduction partielle de la partie théorique d’Ibn Khaldûn)  réalisée par Vincent-Mansour Monteil entre 1967-1968 et Le Livre des Exemples réalisée par Abdesselam Cheddadi entre 2002 et 2012, publiée dans la collection prestigieuse « Bibliothèque de la Pléiade » aux éditions Gallimard. Se pose alors la question de pourquoi retraduire cette œuvre après la traduction longtemps considérée canonique de de Slane ? La réponse à cette interrogation nous a menés à analyser les décisions de traduire ou de retraduire pour en déduire le rôle qu’a joué le contexte historique dans ces réalisations. En effet, notre étude a démontré que chaque traduction est intimement liée à son environnement de réalisation (politique, culturel, sociétal, etc.), elle est donc le produit de son temps. Notre présentation revisitera l’histoire de ces traductions avec une perspective postcoloniale, et ce, à la lumière de quelques exemples de traductions des concepts clés khaldouniens.

Séance 13. Psychanalyse et empire, 15 février 2019, 15h30-17h30, salle G 203, bat. G Stendhal, UGA

Livio Boni, Institut d’études avancées de Nantes.

« Freud, l’archéologie et le Grand Vizir. Considérations sur les effets épistémico-fantasmatiques de la disparition de l’Empire ottoman »

Certains commentateurs ont fait remarquer comment la quasi-absence de l’Empire ottoman dans L’Orientalisme d’ Edward Saïd ne soit nullement un accident, mais une condition de possibilité de son analyse du façonnement européen de l’Orient proche au cours du XIXe  siècle.  Car l’espace ottoman a constitué, pendant des siècles, non seulement un espace géo-politique intermédiaire entre Occident et Orient, mais un filtre qui séparait deux mondes, tout en demeurant partiellement suspendu à son tour entre l’un et l’autre, aussi bien du point de vue géographique que symbolique. La déliquescence et le dépècement de l’Empire ottoman représentent donc la condition historique de l’émergence progressive de l’orientalisme. On en mesurera les effets discursifs, épistémiques et fantasmatiques à partir de deux entrées distinctes mais reliées et articulables l’une à l’autre: l’archéologie et la psychanalyse.  On insistera ainsi sur le nouvel élan conféré à la science archéologique par la perte de contrôle sur la Mésopotamie par les Ottomans, et ses répercussions chez Freud, né dans un Empire historiquement rival, l’Empire austro-hongrois, à son tour balayé par la Grande Guerre. En nous intéressant à l’imaginaire géo-politique du fondateur de la psychanalyse, chez lequel se fera jour, discrètement mais avec insistance, l’idée d’un rapprochement possible entre le monde européen et le monde sémite, en vertu de la disparition de l’écran ottoman, on tentera de revisiter, par un angle de vue original, la compétition à distance, qui se profile au début du XXe siècle, entre la thèse sur l’origine indo-européenne («indo-germanisch», en allemand) de la civilisation européenne, et la tentative, avec laquelle Freud sympathisera ouvertement, de rapprocher l’Occident du monde sémite.

Continuer la lecture de Séance 13. Psychanalyse et empire, 15 février 2019, 15h30-17h30, salle G 203, bat. G Stendhal, UGA

Séance 12. Frontières de l’empire, 17 décembre 2018, 15h30-17h30, salle G 209, bat. G Stendhal, UGA

Cette séance est co-organisée par l’UMR PACTE et l’EA ILCEA4

Anne-Laure Amilhat Szary, Professeure UGA, PACTE, Laboratoire de Sciences sociales.

« Voir l’empire et mourir »

Il s’agit d’analyser ce que font – ou ne font pas-  les images de morts aux frontières qui circulent dans les médias depuis la crise géopolitique européenne de 2015. Je partirai d’une double mise en contextualisation de la production de ces images de lieux: à la fois par les médias d’information et par des artistes qui prétendent proposer des contre-visualisations. Les unes comme les autres peuvent-elles être mobilisatrices et inspiratrices de mouvements sociaux ? Dans l’ensemble, elles contribuent à propager, en écho, l’univers imaginaire de la fermeture que les pouvoirs imposent (bien au-delà de leurs frontières d’ailleurs).  La contradiction entre cette circulation des images et les restrictions croissantes aux mobilités transfrontalières peut nous éclairer sur la dimension létale des frontières contemporaines.

 

Charles Heller, Forensic Oceanography (Goldsmiths, Londres) et Graduate Institute (Genève).

« Empires et devenir-frontière de la Méditerranée »

Le projet Forensic Oceanography a permis de faire émerger une analyse fine du régime du régime de mobilité inégal opérant à la travers la Méditerranée, dans lequel les personnes (et les marchandises) ont un accès différencié aux moyens de transports sur la base de la nationalité, de la race, de la classe, du genre. Cet accès différentiel – et conflictuel – se traduit en retour par des rythmes de mobilité et des conditions de sécurité ou de précarité hiérarchisés, et engendre structurellement la mort des migrants illégalisés. Alors que les études portant sur les migrations et les frontières sont marquées par un certain « présentisme », cette présentation d’une recherche en cours interrogera l’émergence de ce régime de mobilité inégal dans la longue-durée, l’inscrivant dans l’expansion et de la transformation des rapports de domination entre les deux rives de la Méditerranée, ainsi que les formes de résistance que ceux-ci ont engendré.

 

Séance 11. Empires et gouvernance, 16 novembre 2018, 13h30-16h30, salle G 203, bat. G Stendhal, UGA

Andreas Nijenhuis-Bescher, Associate Professor Hankuk University (Corée du Sud)

« L’Empire avant l’impérialisme : la création et le développement des possessions coloniales néerlandaises, XVIIe siècle – XIXe siècle »

« Les Hollandais sont des hommes-fourmis, qui se répandent sur toutes les contrées de la terre, ramassent tout ce qu’ils trouvent de rare, d’utile, de précieux, et le portent dans leurs magasins. C’est en Hollande que le reste de l’Europe va chercher tout ce qui lui manque. La Hollande est la bourse commune de l’Europe. Les Hollandais ont tant fait par leur industrie, qu’ils en ont obtenu tout ce qu’exigent les besoins de la vie, et cela en dépit des quatre éléments. C’est là qu’on voit à chaque pas l’art aux prises avec la nature, et l’art toujours victorieux. La richesse y est sans vanité, la liberté sans insolence, la maltôte sans vexation, et l’impôt sans misère. » Denis Diderot, Le neveu de Rameau. Voyage de Hollande

L’histoire contemporaine des empires et de la décolonisation traite de dominations étatiques de territoires lointains et de leurs implications et évolutions. Comme la France ou la Grande-Bretagne, les Pays-Bas ont longtemps possédé un empire colonial, et comme pour les autres puissances européennes celui-ci s’est désintégré au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale. Mais quels sont les fondements de cette présence néerlandaise, qui s’étendait de l’Amérique (Antilles, Surinam, et un temps le Pernambouc et la Nouvelle-Néerlande) à l’Afrique (comptoirs de la Côte-de-l’Or, Afrique du Sud) et l’Asie (Ceylan, et surtout l’Insulinde, devenue l’Indonésie) ?

Cette communication se propose de remonter aux origines de l’expansion néerlandaise, survenue dans le contexte de la Révolte (1568-1648), c’est-à-dire au moment de la création du pays au cours d’une guerre civile. Quelles structures – étatiques ou non – étaient impliquées dans l’établissement de comptoirs et de colonies, dont certains ont existé pendant quatre siècles ? Quels étaient les objectifs poursuivis, et avec quels moyens ? Quelle gouvernance a été conçue pour cette réalité nouvelle, et comment a-t-elle évolué dans le temps ?

Le cadre chronologique retenu est essentiellement celui de la République des Provinces-Unies (XVIIe – XVIIIe siècles), avec une mise en perspective avec les évolutions du XIXe siècle.

 

Nadine André, MCF Université Grenoble Alpes.

« Gouvernance britannique dans le sous-continent indien, 1798-1858 »

Cette intervention permettra d’évoquer le type de gouvernance mis en place par le gouvernement britannique entre 1798 et 1858 dans le sous-continent indien que l’historien T.B. Macaulay décrit en 1833 comme « the strangest of all empires » et qui n’est alors pas encore une colonie.

Cela amènera à considérer les spécificités de cette gouvernance dont la responsabilité incombe officiellement conjointement à l’East India Company et au gouvernement britannique, ainsi que le décalage croissant entre les choix idéologiques et politiques faits par les autorités à Londres et les besoins locaux du gouvernement de l’Inde qui découlent de considérations pragmatiques.